trompe l oeil

C9306n

Un faux-semblant qui trompe-l’œil, démêler objectivement la perspective du vrai et du faux.

En s’embarquant de la couverture gondolée probablement amiantée du premier plan,

le regard ondule pas à pas dans le doute,

entre chien et chat, en misant que les gouttières soient indubitablement vraies.

le chien aboie, le ciseau aussi!

Publicités

ROME

C9791n

Une photo à conjuguer avec celle de Florence, vélo, cœur visage, même espace, même fluide, même chemin de lecture, même itinéraire vers l’intrinsèque essentiel sur ces crobards usinés presto qui se concatènent dans le temps….petites venelles charmantes de Rome qui vibrent avec un excellent film : « Vacances romaines ».

Braque

C9297n

pourquoi Braque? cette photo a été captée en songeant avec humilité à George Braque, la perspective abstraite m’a fait braquer mon capteur vers ce cadrage délibérément interlope. Cette photo dévore l’œil en se géométrisant, rapports et rappels de formes et de gris, lignes tordues et trait droit barrant, mur et sol, enduit et végétal…tout un monde d’oppositions qui se rapprochent, allégorie de réconciliation, de paix.

ROME

C9805n

Une place à Rome avec des arcades dans un coin plébéien limitrophe de la gare Termini, attenant aux renversantes glaces Fassi.

Ce tag à la manière d’un livre ouvert, sibyllin, sur des pierres intemporelles, graphisme combien suggestif de cette tragédie humaine.

Mais, mais, pourquoi migrant sans « S »? pourquoi « 4 life »?sans « S » aussi d’ailleurs? oui d’ailleurs! (c’est le mot).

Ces bizarreries pour dériver l’œil sur cette silhouette simple et noire, spectrale, qui bouscule le regardeur vers l’empathie et la prise de conscience.

L’évocation de la mer par ces vaguelettes et ces cercles concentriques m’apparaît particulièrement efficient.

Significatif actuellement avec le nouveau gouvernement Italien et son programme!

AFS 3

C8283n

Croquignolet graphisme composite/

considérable arsenal de tracés et de textures squelettiques/

brouillamini chaotique organisé/

hagard hasard géométrique/

chacun prospecte sa topologie/

que suscite cet aluminium interlope?

AFS 4

C8156n

Des cases pour une case neuve (Bernard?) chez Dutronc?

Toile d’araignée?

Colossal sudoku?

Passoire …du matin?

Résille balèze?

Rythme deux, un, deux, un…

Distorsion de Talhès?

photo poreuse aux rencontres avec l’inventivité imaginaire…

 

Le Nid

C6606n

Un calligraphie complexe, chargée, multiple, presque subtile respire dans ce morceau de concret. L’illumination frisante rehausse les volumes et les droites, une note végétale introduit un peu de repos et de fantaisie à ces traits qui suggèrent les épaulettes et les galons de ce Colonel Le Ny. Mes recherches pour expliquer le fait qu’une (petite) rue porte son nom à St Malo sont restées vaines. Illustre inconnu donc ce Le Ny…

LECORBUSIER

C8671nC8675n

Lecorbusier, génial et visionnaire édificateur de la maison radieuse de Rezé, a tracé un bas relief sur le bas d’une des façades, dessin épuré et poétique.

Le deuxième cliché montre le bas des pilotis supportant le bâtiment, ils aèrent l’abord de la base de l’édifice. Le reflet des éclairages de l’entrée géométrise l’image. Un joli carrelage au sol complète le graphisme.

 

PLUTARQUE

C7138nbn

Vaut mieux Plutarque jamais, de connaître Plutarque!  Cette photo m’a fait appréhender l’epsilon, le E du temple d ‘Apollon à  Delphes dont la signification est controversée : Plutarque l’ayant associé au 5 (3 + 2 symbole du masculin et du féminin réunis), cinquième lettre de l’alphabet mais aussi au début du verbe être, Je suis etc…  Cette interprétation du cliché m’a été soufflée par un proche qui observe bien sûr dans le reflet un 6 rutilant mais aussi malicieusement un E minuscule à l’envers…..j’en étais resté humblement ignorant à la question posée par cette image du 5 qui se transforme en 6 dans cette étrange machine soleil accrochée au mur d’un trivial palier de chambre d’hôtel, près de Grasse (06).

Domfront

C4120n

Un simple banc, une lumière, des ombres, des formes, des structures, des matières…. tout est réuni pour mes yeux. Cette ombre qui s’enroulotte sur la racine, charmante distorsion qui saute à l’œil et l’étonne, rappel de racines et de formes en second plan.

Cela me prend, m’emporte vers un ailleurs et une envie de montrer.

La photo me prend plus que l’inverse, je vis exactement ce que dit Plossu à ce sujet : on ne prend pas une photo, c’est elle qui nous prend….