SAINT MALO (sillon)

C1623nb2b

Cette extrémité est du sillon est une mine photographique! Encore une fois, les différents éléments de cet endroit se trouvent figés sur la photographie et donne un chemin à l’oeil pour se promener et aller vers cette silhouette si caractéristique de Cézembre. Multiplicité des matières, des formes, l’oeil se régale…

St Lunaire, là où l’ ami cause…..

Ici aussi, comme ambitionné, le hors-champ aide à saisir ce graphisme, si cela est précieux pour le regardeur curieux de l’ énigme. Dans les deux fenêtres, se reproduisent les parties culminantes des supports du balcon hors-champ. Pendant qu’ en même temps, le reflet de ces deux pilastres paraissent soutenir la clef de voute de l’ encadrement des fenêtres. Cette devinette est accentuée par trois traits blancs de stationnement.

Cette image m’ évoque deux champignons colossaux type coprin  chevelu ou satyre puant ainsi que les souvenirs d’enfance de ceuillettes automnales de champignons dans les champs pignons de pin où, François ou Ernest l’ ami, cause……

moto-portrait

il y a des autoportraits, des autopsy…….maintenant des motoportraits même triple au minimum : regardez bien cette Harley (et ses reflets) garée devant le parachutiste de Ste Mère fin mai en avant première des cérémonies du 75 ième. Je salive des yeux devant ce bout de « stars and stripes » usé de vent devant.

Ah, encore un bout de motoportrait sur le bouchon du réservoir…..voir voir…… du voir en réserve! rutilance et mattitude…les deux extrêmes sur cette photo…comme les USA!

ROME

C9459n

La cochlée de l’escalier du musée du Vatican : y est on aspiré?

« est-ce une escale en mer Egée

est-ce un essaim d’abeilles au réveil

s’il suffisait d’orner la douleur d’une plage de silence

s’il suffisait de croire les dessous des balançoires »      Alain Bashung    « est-ce aimer ».

Cette photo me fait penser à ce texte magnifique de poésie d’Alain Bashung, je ne sais pas trop pourquoi, faut il chercher?

spirale aspirante de la mafia?   métaphore d’un trou noir? dans une notion d’aspiration, de disparition…d’évolution ou d’involution.

mouvement d’un tire-bouchon, d’un amortisseur, descente ou montée vers l’infini, rotation créationnelle, symbolique érotique féminine, permanence de l’être au sein du changement, mouvement originel…..

 

 

 

ROME

C9716n

D’abord, la lumière………cette italienne lumière de Rome, ce patio, sa galerie délicieusement inondés d’éclairage.

Et puis une table de verre, douée d’une chiralité digne du Dahu, qui s’adapte à ce petit espace duel agrémenté de coussins plats nonchalamment invitants à se nicher.

Géosymétrie parfaite!

 

 

 

MOTOFAUNE

C0003n

Un faune? ce portrait pariétal suggère ce terrain sans faculté de confirmation puisque n’est pas matérialisé le corps de la créature : un faune romain ou un satyre grec aurait un corps bestial de caprin, barbu, ithyphallique, libidineux. Le regard apparaît à lui seul chargé d’une énergie qui pose question!

Opposition entre ce personnage mythologique et cette motocyclette tronquée moderne, dont le graphisme en particulier du cylindre renvoie aux plis du front faunesque sans compter ce discret rhinocéros récurrent d’intra-muros qui ferme la composition triangulaire.

 

Lavagerie

C0016n

Je suis toujours capté par ces lavageries comme je les surnomme, espaces de débarbouillage, de blanchiment,

chacun sa machine à oublier les crasses, confessionnal du linge….

chacun son programme, initiation et impatience oisive de la fin du cycle,

Bruit des pièces qui tombent comme dans des bandits manchots,

théâtre de croisement de routes entre les voyageurs, touristes, passagers, autochtones

évoquant l’espace des stations d’autoroute,

et puis cette peinture qui signe la ville accueillante, le môle, les remparts, la flèche, la mer

et ce navire fantôme de hublots numérotés.

Braque

C9297n

pourquoi Braque? cette photo a été captée en songeant avec humilité à George Braque, la perspective abstraite m’a fait braquer mon capteur vers ce cadrage délibérément interlope. Cette photo dévore l’œil en se géométrisant, rapports et rappels de formes et de gris, lignes tordues et trait droit barrant, mur et sol, enduit et végétal…tout un monde d’oppositions qui se rapprochent, allégorie de réconciliation, de paix.

ROME

C9805n

Une place à Rome avec des arcades dans un coin plébéien limitrophe de la gare Termini, attenant aux renversantes glaces Fassi.

Ce tag à la manière d’un livre ouvert, sibyllin, sur des pierres intemporelles, graphisme combien suggestif de cette tragédie humaine.

Mais, mais, pourquoi migrant sans « S »? pourquoi « 4 life »?sans « S » aussi d’ailleurs? oui d’ailleurs! (c’est le mot).

Ces bizarreries pour dériver l’œil sur cette silhouette simple et noire, spectrale, qui bouscule le regardeur vers l’empathie et la prise de conscience.

L’évocation de la mer par ces vaguelettes et ces cercles concentriques m’apparaît particulièrement efficient.

Significatif actuellement avec le nouveau gouvernement Italien et son programme!