Chez Françoise et Gigi, Les Perques…

c3741n

c3750an

Chez Françoise et Gigi, tout est à la hauteur de leur talents respectifs. Françoise magicienne esthète de la décoration intérieure, du jardinage, de l’accordéon diatonique, de portail et de camping car….Gigi, sculpteur, peintre, cavalier….d’autres talents à découvrir à leur rencontre. Dominent chez eux les qualités des grands, humilité, curiosité, générosité. Leur jardin, où sont mêlés leurs talents est un endroit superbe, univers serein, magique, poétique, addictif. Leur adresse : Les Perques à côté de Bricquebec 50. (visite sur demande)

Ici sont présentés leur chat zen, serein et doux (voyez sa patte gauche…) et un détail de l’immense atelier de Gigi où il travaille actuellement à partir du fer à cheval, sur des sculptures monumentales. Comme le fait dire Geluck à son chat : la viande de cheval est riche en fer surtout la partie immédiatement sous les sabots.

 

Chez Brigitte

C3027nblog C0987nblog

Beaucoup de charme à cette demeure de Cancale avec son accès par la sente, petit cheminement piéton commun à toutes les maisons, au pied de la colline sur les arrières de La Houle. Beaucoup de bons moments : ici, la réception est chaleureuse, conviviale, chez cette photographe à l’oeil malicieux et original. Le chat voisin est aussi accueilli à bras ouvert et se niche sur le rebord de la fenêtre au milieu de plantes, de bibelots, de livres, d’une caisse de grand cru et d’autres objets parfois improbables…….à noter que le petit livre dont on distingue la couverture est celui que nous avons réalisé Denis et moi et qui fait l’objet de la publication précédente.

Le cliché de l’accès à l’étage déniche une géométrie mixant toutes sortes de lignes dont l’origine semble issue de cette statue (seule forme courbe soulignée par le bras du fauteuil), oubliée sur la troisième marche : mon oeil improvise avec délice des cheminements variés.

Chat perché (Bastia)

7339nba

Tache sombre dans un décor clair zébré de grillage, piédestal garni de plantes folles, concentration de ses yeux solaires, élégance mystérieuse de ce chat, tout conforte à la fixation de cet instant fragile et éphémère. Ici encore le monde tout en traits et en angles (légèrement adouci pas ces petites plantes courageuses) s’oppose aux courbes félines de ce matou. Le passage d’un monde à l’autre régale le regard. L’axe général du chat occupe presque la diagonale de l’image et il est assis au tiers de l’image en partant de la droite, cette composition dynamise l’image et le contraste entre le chat et le reste plus clair de l’image.