SAINT MALO (Sillon)

PMGZ0389nb

Le sillon, par temps gris, avec cependant une ligne d’écume qui prend le peu de lumière de ce moment. Ce trait de vague construit une géométrie complexe avec les brise-lames et les rambardes qui, par un effet d’optique, ne semblent plus parallèles mais peut être plus accueillantes, par leur extrémité arrondie, à proposer la descente vers le sable. L’oeil se repose d’abord sur le bord de la digue et descend vers le sable zigzaguer entre les différents éléments ou l’inverse………………………………

2 réflexions sur “SAINT MALO (Sillon)

  1. Magnifique! Le soleil embusqué dans le gris des nuages « flashe » sur la vague et allume la bande de sable sec. Pour moi, il y a deux lectures possibles de ce cliché : ou bien les rambardes de l’escalier sont, à quelque chose près, perpendiculaires au brise-lames et suggèrent un angle obtus, l’esprit se ballade au plus près….ou bien elles forment un angle ouvert et portent le regard vers la droite du cliché, à savoir sur la vague flashée par le soleil et vers l’infini…la ballade s’avère beaucoup plus longue…!( Entre nous, c’est cette ballade que je choisirais!). J’aime ce mélange de mélancolie et d’espoir! Pour ma part ce cliché résume notre condition humaine : la lucidité qui nous sépare des animaux fait que nous oscillons sans cesse entre le bonheur et le malheur, entre l’ombre et la lumière, tiraillés entre le court terme et le long terme… C’est pourquoi, à mon avis, pour être heureux il faut être à fond dans l’instant présent quand il nous plaît! C’est ce que j’ai fait avec cette photo….Grand merci à toi. PS : Comme chaque fois depuis un moment je ne lis ta lecture qu’après avoir fait la mienne! Je constate que nous avons dû apprendre à lire dans la même école!!!! Ce que nous avons ressenti est certainement « intelligent » car les grands esprits se rencontrent… Je ne mets pas la suite car cela démolirait ma baraque!!! et il y a toujours plus dans deux têtes que dans une! (Malheureusement ce peut être aussi plus de méchanceté ou de bêtise…! J’ai remarqué que souvent pour être méchant, il faut être intelligent, les gentils sont souvent des naïfs. Tant pis pour moi, je fais partie des derniers nommés et je l’assume pleinement car je suis certes souvent triste, voire affligée de ce qui se passe, de ce que je vis…mais foncièrement heureuse au fond de moi. Extrait de « Les confessions » mais pas de Jean-Jacques! Chapitre 1  » Heureux les naïfs… »)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s