SAINTES-MARIES-DE-LA-MER (13)

P1050486ablg

L’escale aux Saintes-Maries-de-la-mer m’a permis d’enregistrer une photo ‘clin d’oeil’ à  Lucien Clergue et ses nus zébrés : je concéde que les mannequins ne sont pas comparables…..à vrai dire, j’ai fait l’amalgame bien après la prise de vue…………de plus la pouliche (ou l’étalon ? je n’ai pas controlé…) n’était pas nue mais abritée par cet harnachement et son coussin. Celui ci, à carreaux, ajoute un graphisme avec des horizontales qui répliquent à celles du muret. Cette jument Camarguaise peignée de lumière se transforme en zébrelle……………..quel bonheur ce coin……………….!!

SAINT-MALO (Rue de la Fontaine)

4686Bblg

Au bas de la rue de la Fontaine, je reluque depuis un moment ce graphisme au rythme binaire, deux tâches en haut à gauche, deux petits portillons de taille différente, leur répondant, en bas. Ces petites issues cernent la porte n°5, de teinte intermédiaire, coiffée de cette verticale parfaite juste au milieu du linteau de granit d’une belle structure soulignée par la lumière rasante qui met aussi en valeur la matière de ce mur vieillissant, écaillé, fissuré.

Le tout est souligné par le bord de ce trottoir grimpant de gauche à droite dans le sens de lecture qui forme un angle dynamique avec l’aplomb de la porte. Mon oeil, réjoui, se promène agréablement, autour de cette porte légérement en retrait, dans ce sujet simple, banal et photographié frontalement sans artifice de perspective.

L’ESTEREL

4956AA

L’Estérel est un vieux massif volcanique qui ferme l’ouest de la baie de Cannes. Je suis tombé sous le charme de la beauté de cette silhouette à la fois  massive et gracile , dans les tons rouges, qui présente, cependant, à sa base les stigmates d’une urbanisation intensive. Heureusement une bonne partie de ce massif, classé, est à l’abri de ce phénomène mais toujours à la merci des incendies attisés par le mistral. Les palaces ont déjà sorti leurs alignements de parasols et de chaises-longues sur leurs plages privées, on sentait le frémissement de la préparation de la semaine du festival.

Sur la Croisette, un vieux monsieur aurait pu me dire la phrase suivante: dans le temps, j’avais des poules, maintenant j’ai une cane (canne)!!

ALLO,DIEU ? / à l’eau Dieu / Hale, oh Dieu / Ah l’odieu……………

DSC_5087nb

De passage sur la promenade des Anglais à Nice, récemment, un jour rare, gris et frais d’avril, mon attention a été attirée par cet homme d’église en soutane, qui s’est assis sur la rambarde, la soutane gonflée par la brise, le téléphone portable collé à l’oreille………….cela m’est apparu une situation paradoxale de confrontation d’ancien, de moderne et je ne concevais pas possible cette halte en cette tenue…………….puis, à l’esprit, la question interlope de l’interlocuteur (trice)……….d’où le titre de cet article….trouvez vous d’autre possibilités ?