Conil de la Frontera

C3422

Une belle opposition encore, avec le plaisir de passer de l’une à l’autre : deux silhouettes d’arbre, graciles, fluettes, soulignées par deux horizontales et toutes ces verticales massives, contrastées, défensives surmontées d’une note arrondie, adoucissante, finale.

Encore cette notion de passage si importante dans la vie, dans la pensée, dans la respiration, juste ce moment où l’expiration suit l’inspiration, juste ce moment cet instant de basculement, ce passage d avant à après, ce pas sage ….je réfléchis beaucoup à ce moment….

Publicités

Morali

c5147n

Silhouettes maigrichonnes, étiolées, malingres mais charmantes et familières à mon œil / pots géométriques campés au pied du mur, vue banale du quotidien…. Au dessus du créneau, explose un généreux squelette végétal qui tranche avec le triple rachitisme sous-jacent.

ROME

Des couvre-chefs (toujours compliqués les pluriels des mots composés) dans le musée du Vatican (on y va ty? quand?)  se sont pavanés là, juste où je me situais prêt à l’appui sur le déclencheur, le premier plan de dos simulant être de face à droite!

Le tout sous l’oeil de « l’avenant » buste à gauche, et sous courbes et colonnes de marbre d’une une galerie moins courtisée de cet édifice splendide. Les trois statues romaines du bas forment un triangle isocèle qui donnent de la dynamique à l’image.

J’aime le charme du chapeau du premier plan!

ROME

C9716n

D’abord, la lumière………cette italienne lumière de Rome, ce patio, sa galerie délicieusement inondés d’éclairage.

Et puis une table de verre, douée d’une chiralité digne du Dahu, qui s’adapte à ce petit espace duel agrémenté de coussins plats nonchalamment invitants à se nicher.

Géosymétrie parfaite!

 

 

 

CASTELBRAC

C4254n

Le décor du bar léché de l’hôtel alambiqué Castelbrac cinq étoiles de Dinard. L’excellence dans les détails!

Une symétrie verticale double ces arbustes, ce lapin, ces champignons grâce au miroir, jeu du regard piégé.

Cette symétrie ne s’étendant pas, en bas, au canapé qui caricature à lui seul une fallacieuse correspondance par sa position en angle et son motif.

Ce décalage interrogateur m’a accroché le déclenchement, jeux de symétries imparfaites et boiteuses comme une une invitation à une indiscrète rêverie.

MOTOFAUNE

C0003n

Un faune? ce portrait pariétal suggère ce terrain sans faculté de confirmation puisque n’est pas matérialisé le corps de la créature : un faune romain ou un satyre grec aurait un corps bestial de caprin, barbu, ithyphallique, libidineux. Le regard apparaît à lui seul chargé d’une énergie qui pose question!

Opposition entre ce personnage mythologique et cette motocyclette tronquée moderne, dont le graphisme en particulier du cylindre renvoie aux plis du front faunesque sans compter ce discret rhinocéros récurrent d’intra-muros qui ferme la composition triangulaire.

 

Lavagerie

C0016n

Je suis toujours capté par ces lavageries comme je les surnomme, espaces de débarbouillage, de blanchiment,

chacun sa machine à oublier les crasses, confessionnal du linge….

chacun son programme, initiation et impatience oisive de la fin du cycle,

Bruit des pièces qui tombent comme dans des bandits manchots,

théâtre de croisement de routes entre les voyageurs, touristes, passagers, autochtones

évoquant l’espace des stations d’autoroute,

et puis cette peinture qui signe la ville accueillante, le môle, les remparts, la flèche, la mer

et ce navire fantôme de hublots numérotés.

ROME

C9684n

L’usuel rampant graphisme du métro romain, multiforme, dirigiste pour ces gambettes qui approchent d’un pas hardi, couronnées de ce propulseur d’air frontal, tout en rondeurs d’hélice.

Souterrain obligatoire avant de découvrir la ville éternelle, l’Urbs caput mondi.

Expo Doisneau

C0075nC0068n

Deux clins d’yeux à l’exhibition estivale 2018 Doisneau à Dinard, une ombre-auto-portrait-reflet avec mon index droit courbé sur le belvédère de la superbe villa Les Roches Brunes (perspective pêle-mêle, confusion intérieur extérieur, fouillis de visées est ouest…)

puis dessous : une communion de couvre-chefs….

si vous déambulez par là, l’exposition s’extrait des clichés rebattus de Doisneau, la villa seule mérite le crochet.

En train de relire ‘la chambre claire’ de Roland Barthes, je suis en quête du ‘punctum’ de ces photographies.

Etrusque, Romaine ou Grecque?

C0092n

Nymphe Pomone, divinité des fruits?

Cérès, Déméter, déesse de l’agriculture?

Ce « marbre » suscite l’imagerie du statuaire antique : la position des membres, le drapé, l’illusion d’une couronne de lauriers, le visage-extase, les fruits à portée de mains.

Mais la gorge déployée, la bouteille de gaz, la chaîne liant cette allégorie à une pompe à eau et à des égouttoirs de jus fermenté, nous ramènent rapidement les pieds sur terre dans le rococo.